MICHEL ETCHEVERRY

Chant Basque
michel etcheverry
michel etcheverry
michel etcheverry

Lors de la Fête de la Terre à Tardets, dans les années 60, Radio Côte Basque présente 3 enfants de Hélette :  1 makilari, 2 chanteurs dont Michel qui, à 10 ans, interprète « Pilotarien Biltzarra » (hymne de la pelote) du poète souletin Etxahun. L’animatrice, Maïte Barnetche, ravie, lui prédira un bel avenir. Michel Etcheverry découvre les beaux textes : au lycée ses camarades le surnomment « le lion du français », car il se distingue en rédaction.

Il apprend le répertoire basque, et chante chaque année un peu plus loin de son village natal. Son premier orchestre amateur est composé de Louis Beheretche, d’Ixassou, à l’accordéon, de Beňat Chaubadindeguy, le batteur et de Pierrot Saint Jean à la guitare, ce qui lui vaut nombre de tournées chez les amis basques de l’Ouest américain.

Sa voix de ténor couvre bientôt le Sud Ouest et ses réjouissances. Il fonde son premier orchestre professionnel. Bals, Kantaldi (concerts), corridas, matchs de rugby, il est demandé partout! C’est pourquoi il quittera définitivement la banque en 1986.

Dix années de suite les Fêtes de Sare dansent au fil de ses chansons, comme celles de la Madeleine à Mont de Marsan (ving et unième participation à ce jour). Albert Ferrasse, alors président de la FFR, le consacre « Chantre du rugby » lors d’un fameux Agen-Bayonne et l’invite à enflammer les joyeuses troisièmes mi-temps de l’équipe de France à Paris, Twickenham, Cardiff, Dublin, Murrayfield… Et comment oublier Aupa B.O., l’hymne du Biarritz Olympique Pays Basque !

En 2007, Michel Etcheverry choisit un nouvel orchestre « le meilleur ! » dit-il, dirigé par Jacky Ansoud. Il change aussi de maison de disque (passant de Agorila de Bayonne à V Music, de Bordeaux).

Ses galas comportent dorénavant plus de chansons en français, mais toujours encadrées par des airs basques. Nombreux sont les compositeurs, comme Pierre André Dousset, qui écrivent pour lui. Michel écrit « Le sport

roi », sur une musique traditionnelle américaine, ode au rugby.

Son fils Patxi lui offre « Mon chêne à moi ». « J’aime cette chanson, pour moi les chansons à textes sont les plus belles » dit il.

En 2008, son album en hommage à Luis Mariano (sur les conseils de Patchi Lacan) enrichit le coté festif, facilement mémorisable, de ses mélodies favorites. Il le chantera à l’Olympia à Paris le 14 septembre 2009 : « Michel Etcheverry chante Luis Mariano et le pays basque » en partenariat avec le Centre des Provinces françaises.

Intéressé par ce groupe ?